Next EASCLE newsletter – Call for Contributions

The deadline for contributions for the next issue of the EASLCE Newsletter (issue 12.1, Summer 2017) this time is June 15, 2017.

Information on the following issues will be included:

  • Research Projects / “Ecocriticism in Europe”: reports/news from EASLCE members of the various membership countries
  • Conferences / workshops / graduate seminars I:  announcements, call for papers
  • Conferences / workshops / graduate seminars II: conference reports
  • Publications I: call for contributions to publication projects
  • Publications II: titles of recent ecocritical monograph publications (book-length studies, collections of essays – no single essays) by EASLCE members

Please send your contributions to: uwe.kuechler(at)uni-tuebingen.de

3 fully-funded doctoral research studentships

Imagining and Representing Species Extinction

WRoCAH White Rose Networks each comprise three PhD studentships. Students will work on one aspect of an over-arching research theme, and will benefit from being part of an integrated community working upon a larger initiative. Each WRoCAH White Rose Networks Studentship has two supervisors – one at the student’s home institution and a co-supervisor at one of the other White Rose institutions.

Successful students will be expected to participate fully in the Network’s activities, working with other PhD researchers exploring the common theme from three different perspectives.  Students will also be part of the White Rose College of the Arts & Humanities and have access to the additional funding opportunities membership offers.  For more details of these please see http://wrocah.ac.uk/funding/current-students/.

Application Closing Date: 5pm BST on Wednesday 17 May 2017

Studentship 1: University of Leeds

Last Whales: Extinction and the Contemporary Cetacean Imaginary. Whales and other cetaceans have been among the most consistently mythologised of living creatures, while some species currently count among the most endangered on Earth. This PhD studentship will chart contemporary representations of a ‘cetacean imaginary’, combining literary (possibly also film and television) studies with research in marine conservation biology.

 Studentship 2: University of Sheffield

Theories of loss in cultural representations of extinction. This studentship will explore contemporary literary and other cultural portrayals of species extinction (including the extinction of the human animal). It will interpret them in the context of critical-theoretical approaches to loss—for example beliefs about death and the afterlife; life, vitalism and biopolitics; or memory, mourning and melancholia—to better understand how we value human and nonhuman existence in contemporary cultures.

Studentship 3: University of York

A World Without Bees? the role of our social and cultural imagination in responding to bee extinction. This studentship will look at the role of innovative design techniques and methods, as well as visualisation and increasing stakeholder engagement in the prevention of pollinator extinction. This may involve shaping and identifying collective and conflicting narratives by which individuals, communities and corporations project, plan for, or attempt to avoid, a world without bees. We encourage applications from a wide range of disciplines including interaction design and speculative design, social and environmental accounting, and related fields.

For more information on any of these studentships, please contact: Dr Stefan Skrimshire: s.skrimshire@leeds.ac.uk

Applicant Requirements

Applicants must:

–       Have at least a UK Upper Second Class Honours degree or equivalent. A Masters degree is desirable or demonstration of equivalent experience.

–       Demonstrate a desire to participate fully in the network and its activities.

–       Demonstrate a desire to engage with and benefit from the full WRoCAH cohort of students from across the three White Rose Universities (c. 80 students) at the same stage in their research, in a shared training and development programme.

Terms and Conditions

Each WRoCAH White Rose Networks Studentship is tenable for three years and students are expected to start in October 2017. As the coherence of the network is important, deferrals will not be permitted. The award will provide fees at the Home/EU rate and a stipend paid at standard Research Council rates (£14,553) for the first year of study. The award is renewable for a second and third year of study subject to satisfactory academic progress according to each institution’s Policy on Research Degrees.

See and download the file with complete informationWRoCAH studentships – Extinction

CfA – “Seed Funding” for Environmental Humanities Projects

Proposals are invited for both scholarly and creative pilot projects and capacity-building activities in the field of environmental humanities, broadly conceived. The deadline is 15 May 2017.
During this year’s cycle, 4 million Swedish kronor (ca. 442,000 USD / 419,000 Euro) are expected to be distributed in 2017 for the funding of projects through the end of 2018.
The purpose of the funding is to advance the field of environmental humanities at Swedish institutions of higher education or equivalent administrative organizations in Sweden. Applicants from outside of Sweden must therefore secure the sponsorship or collaborative partnership of a Swedish partner institution for the proposed project.

The Seed Box is sponsored by Mistra, the Swedish Foundation for Strategic Environmental Research, and Formas, the Swedish Research Council for Environment, Agricultural Sciences, and Spatial Planning.

 

For further information and to apply, please check out www.theseedbox.se.  Please also note that Internet Explorer is unfortunately not supported at this time; please navigate there using Chrome, Firefox, or Safari.

“Salvaging the Anthropocene”. A New Book Series

“Salvaging the Anthropocene” fills a gap in the scholarly conversation about the humanities’ relationship to environmental concerns by publishing concise books about these generative engagements with the Anthropocene. It promises to be the premier outlet for scholarship that addresses not simply how humans have made climate change, but what humans make of its effects.

The series editor is Stephanie Foot.

Find out more

 

 

Appel à contribution – “L’eau sous toutes ses formes”

Artis Natura, vol. 1, n° 1 – Hiver 2017

url

Le comité éditorial d’Artis Natura est à la recherche de jeunes artistes et chercheurs pour contribuer à un numéro de sa plateforme culturelle en ligne. Basé sur les approches écocritique et écopoétique, le projet a pris la forme d’un blogue revu et édité par un comité éditorial où les chercheurs, artistes, et actants communautaires peuvent partager sur le thème de l’influence de l’homme sur le milieu naturel.

Ce premier numéro s’intéresse à l’eau et à ses représentations. Tout comme l’eau prend la forme de son contenant, une approche transdisciplinaire nous semble pertinente pour refléter les différentes facettes de ses représentations. Le projet s’intéresse ainsi à des contributeurs de différents horizons. L’approche n’est pas uniquement académique, mais a pour ambition de regrouper articles, créations artistiques et littéraires.

Nous vous proposons une liste non-exhaustive d’axes de réflexions potentiels :

  • L’eau en tant qu’espace : étendues, créations, déplacement, séparation
  • L’eau dans tous ses états : le cycle de l’eau, la marée
  • L’eau comme ressource : conservation, transport, énergie…
  • L’eau dans l’imaginaire : les grands fleuves, l’imaginaire religieux de l’eau…
  • L’eau comme menace : tempêtes, inondations…

Le projet est bilingue, en français et en anglais, et les contributions dans les deux langues sont acceptées. Artis Natura est une plateforme culturelle collaborative. Les réflexions, entre 1 et 2 pages Word, sont publiées au fur et à mesure de leur soumission. Toute contribution doit être envoyée à l’adresse artisnaturacontact@gmail.com entre le 1er février et le 31 mai 2017 et accompagnée d’une courte biographie. Les contributions répondant à cet appel seront reliées ultérieurement dans une publication papier.

Vous pouvez visiter le site à l’adresse suivante : www.artisnatura.com

CfP – I Congreso Español de Ecoética

La Cátedra de Ética Ambiental “Fundación Tatiana Pérez de Guzmán el Bueno – Universidad de Alcalá” organiza el I Congreso Español de Ecoética, “Valores y compromisos en la conservación ambiental”, 19-20 OCTUBRE, 2017 (plazo hasta el 31 de marzo de 2017).

Habrá un descuento del 50% en el precio de la inscripción para las comunicaciones seleccionadas.

Tenéis toda la información en el sitio web del congreso:

https://www.ecoetica2017.org

CfP – “Le Végétal dans son milieu urbain”

Journée d’étude en Ecocritique & Ecopoétique – mercredi 24 mai, Université de Perpignan

Conférencière invitée : Nathalie Blanc, Géographe, Directrice de Recherche au CNRS, spécialiste de la nature en ville, de la biodiversité urbaine et des paysages urbains. 

Etudier le végétal dans son milieu urbain, c’est remettre en question l’illusion selon laquelle les humains, en érigeant les sociétés modernes, se seraient détachés de la nature (Bruno Latour). Si les structures urbaines laissent peu de place aux proliférations et au frayage du sauvage, et si nombre de citadins semblent vivre emmurés dans des idéologies et des univers technologiques fondés sur une séparation entre la culture humaine et la nature non-humaine, il reste que les formes végétales participent au cosmopolitisme et continuent de se propager, résistant ça et là à la domestication. Les vignes et herbes folles tracent des lignes de fuite imprévues dans lemaillage de la ville, poussant dans les failles du goudron et se déplaçant en rhizomes, en voyages polliniques au gré des pluies et du vent, avec les oiseaux et les insectes. Parce que le végétal évolue, sans volume ni contour limités par nature, en « une interminable sculpture de l’être dans le devenir » (Bailly), ne serait-il pas pour nous, humains, source d’inspiration double, par l’air que nous partageons avec lui, et par son effet sur notre imagination, ouvrant la voie vers des devenir-humains autres, comme l’envisage par exemple Luce Irigaray ? A l’instar des racines des arbres qui travaillent le ciment par en-dessous, le craquellent et le boursoufflent pour reterritorialiser le goudron en vallons et crevasses, nos propres racines terrestres et cosmiques ne pourraient-elles pas également déterritorialiser et reterritorialiser les cartographies de nos existences urbaines ?

Non seulement les humains respirent et se nourrissent en grande partie grâce au monde végétal, par ailleurs les limites de l’entreprise moderne se révèlent indéniablement chez tous les sujets allergiques au pollen. Le végétal nous rappelle l’existence d’un temps cyclique, non-humain, et par là, l’appartenance de l’humain à un niveau cosmique ; le végétal évolue au rythme des saisons et réenchante ainsi nos existences urbaines dominées et découpées par le béton, la brique et le ciment. Parler du végétal dans son milieu urbain, c’est le replacer au cœur de la vie des humains, qu’il s’agisse de qualité de l’air, de nourriture terrestre ou spirituelle, de cadre de loisirs ou de contemplation, de questions d’esthétique, d’urbanisme, ou d’écologie.

Cette journée d’étude s’intéressera de façon transdisciplinaire aux liens entre le végétal et l’humain en milieu urbain, en s’attachant aux points suivants :

–          Les rapports entre les formes et existences végétales (liens avec la biosmétiotique) en milieu urbain et les formes artistiques urbaines, qu’elles soient littéraires, graphiques ou plastiques notamment ; la question d’une écopoétique végétale qui pourrait donner à entendre, goûter ou sentir les existences végétales, ou encore, le rôle du végétal comme acteur d’« art involontaire » à la façon de Gilles Clément.

–          La valeur du végétal dans le patrimoine d’une ville, la place accordée aux parcs, espaces verts et jardins publics à l’intérieur des villes ; le développement d’un urbanisme vert, comme les expériences des « cités végétales » conçues par Luc Schuiten.

–          Le rôle du végétal dans des modèles de société alternatifs et dans ce que l’anglais appelle « grass-roots politics », par l’aménagement notamment de jardins communautaires fleuris, de potagers urbains individuels ou partagés, le développement de l’agriculture biologique ou de la permaculture en centre ville ou dans des zones périurbaines, l’engagement des citoyens dans des AMAPS locales, etc.

–          Le place du végétal dans l’éducation urbaine, à l’école, dans les centres de loisirs, les livres pour enfants et la littérature de jeunesse (par exemple l’entreprise de Nathanel Johnson, dans Unseen City).

Cette journée d’études s’inscrit dans le sillon du colloque international en écopoétique organisé à Perpignan en juin 2016 sur le thème du réenchantement du monde. Ce dernier ayant majoritairement attiré des travaux portant sur la nature en dehors des villes, il nous est apparu que la question du réenchantement du sauvage urbain représentait un terreau fertile qui mériterait d’être creusé. Ce thème fera donc l’objet d’un deuxième colloque international en juin 2018. La présente journée d’études portant sur le végétal dans son milieu urbain en est un premier jalon.

La langue de communication sera le français. Les propositions (300-400 mots) sont à envoyer avant le 30 mars 2017 à Bénédicte Meillon (benemeillon@gmail.com) et à Margot Lauwers (margot.lauwers@gmail.com).

Comité scientifique :

Nathalie Blanc, LADYSS, Paris

Isabelle Cases, CRESEM, Université de Perpignan (UPVD)

Bertrand Guest, Ecolitt, Université d’Angers.

Margot Lauwers, CRESEM, UPVD

Bénédicte Meillon, CRESEM, UPVD

Jonathan Pollock, CRESEM, UPVD

Comité d’organisation

Margot Lauwers, Université de Perpignan

Bénédicte Meillon, Université de Perpignan

Bibliographie très sélective

Bailly, Jean-Christophe. « Pictural, végétal », paru dans Alliage, n°64 – Mars 2009, Pictural, végétal, mise en ligne 31 juillet 2012,http://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=3386.

Blanc, Nathalie et Barbara L. Benish. Form, Art and the Environment: Engaging in Sustainability. Routledge, 2016.

Irigaray, Luce et Michael Marder. Through Vegetal Being: Two Philosophical Perspectives.Columbia Press University, 2016.

Jaquier, Claire. « Utopies et dystopies végétales. Questionnements contemporains au regard des Lumières. »http://www.fabula.org/atelier.php?Utopies_et_dystopies_vegetales

Johnson, Nathanael. Unseen City: The Majesty of Pigeons, the Discreet Charm of Snails & Other Wonders of the Urban Wilderness.Rodale, 2016.

Termite, Marinella. Le Sentiment Végétal: Feuillages d’extrême contemporain. Quodlibet, 2014.

Vieira, Patricia et al., eds. The Green Thread. Dialogues with the Vegetal World. Lexington Books: Ecocritical theory and Practice, 2015.